Patrimoine Culturel 

20180726_102546.jpg

Le Viaduc des Corbinières

Le viaduc de Corbinières est construit entre 1858 et 1861 lorsque commencent les travaux de la ligne de chemin de fer Rennes-Redon. Il permet le franchissement de la Vilaine au niveau du massif dont il porte le nom. Sa taille et sa mise en oeuvre soignée en font un ouvrage d’art remarquable. Petite particularité de l’édifice, ses pierres ont été travaillées en biais pour résister au courant, formant des arches obliques entre chaque pilier. D’une longueur de 139 m, le viaduc surplombe le fleuve de près de 30 mètres de haut  et est aujourd’hui encore exploité par la SNCF.

Port de Guipry

 

Au Moyen-Age, le port de Messac et Guipry connaît un essor important grâce au commerce du sel en particulier. Les bateaux tirés par les haleurs et chargés de ce précieux produit remontent la Vilaine jusqu’à ce port considéré comme le terminus de la navigation. Les sel (sel gris de Guérande) es déchargé sur place et stocké dans les salorges (entrepôts de sel) des négociants locaux.

Quai des Batteliers (9).jpg

Il est vendu ensuite à des marchands de sel (sauniers) qui le distribuent aux habitants de la région, ou bien il est acheminé sous contrôle vers les greniers à sel des provinces limitrophes (hors Bretagne) qui sont soumises à la Gabelle. Cet « impôt infernal », ainsi appelé, a favorisé la mise en place d’un trafic clandestin de sel. Ceci explique la présence d’une caserne de Gabelous au port de Guipry pour faire respecter la réglementation.

guiprymessac_jeanmarie_dutemple.JPG

Le Moulin du port

Le premier moulin à eau est signalée en 1089. Le moulin actuel date du XIXe siècle. Il a été aménagé à plusieurs reprises au début du XXe siècle. En 1909, une turbine alimentée par l’eau de la Vilaine y est installée, pour fournir du courant électrique aux habitants du port.

Après avoir connu de beaux jours, l’activité de la meunerie décline et cesse définitivement le 31 Décembre 1974. Aujourd’hui, la rénovation de ce patrimoine renforce l’image du port pittoresque et vivant de Guipry-Messac.

Le Temple de la Coëfferie

 

Chapelle dont une partie des murs remontent probablement au XIe siècle. Il s’agit de la plus ancienne construction de Messac et l’un des vestiges de ces édifices construits au Moyen Age par l’ordre des Templiers. Des travaux de restauration ont permis de mettre au jour une tombe renfermant deux squelettes dans le chœur de la chapelle et une fresque romane représentant le Christ datant probablement du XIIe siècle.

CHATEAU-DE-BOEUVRES-1240x930.jpg

Château de Bœuvres

 

Bœuvres est la plus ancienne seigneurie de Messac. Son nom vient de beuvron, bièvre, qui au Moyen-Âge désignait le castor. Au fil des siècles, l’édifice a subi des reconstructions. La chapelle aurait été édifiée entre 1620 et 1650. Le château, incendié à la Révolution, est réaménagé, d’importants travaux fin XIXe et début XXe lui ont donné sa forme actuelle.

Le château est situé en contrebas du massif forestier de Bœuvres, dont les bois étaient peuplés de loups : le dernier a été tué en 1892. Aujourd’hui, le château appartient à la Maison Familiale Rurale de Bœuvres : établissement de formation aux métiers de l’environnement.

C des Champs - GM - 3.jpg

Château des Champs  

Ce château datant du XVIIe et XVIIIe siècle a été construit avec les pierres du château de Lohéac. Il est doté de deux tourelles, deux pavillons, d’une chapelle dédiée à Notre Dame et d’un fournil, Le tout entouré de douves. Une métairie est située au sud et un jardin d’agrément à l’ouest.

Église de Guipry

 

L’église date du XIIe siècle et est dédiée à St Pierre. Cet édifice de style roman au départ a été remanié à plusieurs reprises au cours des siècles : les collatéraux sont ajoutés au XVe et XVIe siècle et la tour du clocher est construite en 1760. Au fond du chœur se trouve un retable datant de la fin du XVIIe siècle. Au centre, un tableau représente « la descente Croix » empruntée à l’œuvre de Rubens exposée à la cathédrale d’Anvers (Belgique). Le 2 août 1852, un incendie provoqué par la foudre, endommage le clocher mais le reste de l’église sera sauvé.

St Pierre - GM - 1.jpg
unnamed.jpg

Église de Messac

 

La seule église du canton qui n’a pas été détruite ou dénaturée au XIXe. Eglise dédiée à St Abdon et St Sennen, chrétiens d’Anatolie décapités pour leur foi en 250 à Rome, est édifiée au XIIe siècle et ne comprend qu’une nef et une abside. Au XIVe siècle, un collatéral est ajouté coté sud, au XVe siècle un autre collatéral vient s’ajouter au coté nord. Le porche sud date du XVIe siècle et la charpente de la nef a été refaite en 1741. La tour en pierre élevée en 1866 est l’œuvre de Charles Langlois et en 1903 Arthur Régneault réalise la liaison de la tour avec la nef.